meilleur départ - Votre santé avant la grossesse
  <précedente
19/21
 
 
Prévoyez-vous avoir un bébé?
L’alcool
Le tabagisme
Les médicaments en vente libre et sur ordonnance
Manger sainement
L’acide folique
L’activité physique
L’environnement
Le stress
Les finances
La fertilité
L’âge
Pour hommes seulement
VIH et sida
Les maladies transmises sexuellement
Prêts à devenir parents?
Accès aux lieux, aux services et aux personnes
L’allaitement maternel
La perte d’un bébé
Une relation sécurisante
Autres découvertes…
 

 

LA PERTE D’UN BÉBÉ: Émotions et rétablissement

« Nous avons si peur que je sois à nouveau enceinte. »

Vous aviez commencé à acheter des livres de bébé, à chercher des prénoms, à magasiner pour un lit de bébé et, même, à annoncer la bonne nouvelle : vous attendiez un enfant. Vous ne vous attendiez toutefois pas à perdre cette vie à peine commencée. Pourtant, une grossesse sur quatre ou cinq s’interrompt avant que le fœtus puisse vivre hors du corps de sa mère. Un grand nombre de femmes font une fausse couche très tôt, soit durant les premières semaines suivant la conception. Les raisons à l’origine d’une interruption de grossesse, incluant l’accouchement d’un bébé mort-né et la fausse couche, ne sont pas toujours claires.

Ce qui aide le plus à surmonter la perte d’un bébé à la suite d’une fausse couche, c’est de savoir qu’une femme ne court pas plus de risque de faire une autre fausse couche. Si vous avez fait plus d’une fausse couche, parlez-en à votre fournisseur de soins de santé ou à un conseiller en génétique.

Lui dire adieu

Le deuil est un travail de réajustement à la vie après une perte. Bien des parents pleurent la personne qu’aurait pu devenir leur bébé. Avec le soutien des autres, ils s’en remettront, mais il leur faudra du temps.

S’il est naturel de vouloir être à nouveau enceinte, il faut du temps pour comprendre ses émotions. Les femmes qui deviennent enceintes dans les six mois suivant la perte d’un bébé peuvent avoir plus de mal à vivre leur deuil. Un homme et une femme ne vivent pas leur enthousiasme relativement à la grossesse de la même façon : il en est de même de la perte d’un bébé. Pour certains hommes, l’interruption d’une grossesse peut être très difficile si seule la femme reçoit les condoléances et le soutien. Les femmes expriment plus facilement que les hommes leurs sentiments de tristesse et de perte. La façon d’exprimer un sentiment de perte est très personnelle. Les deux partenaires doivent se soutenir, tout en essayant de comprendre ce que l’autre éprouve et en quoi son expérience du deuil peut différer.

Les sentiments causés par la perte d’un bébé vont de la tristesse à la sensation de vide, en passant par le désespoir, la colère et le blâme. Bien qu’il n’y ait pas de raison médicale claire à de nombreuses interruptions de grossesse, les parents peuvent perdre leur estime de soi, se sentir anxieux et jeter ou accepter le blâme relativement à cette épreuve.

Un nouveau départ

Être prête à vivre une autre grossesse dépend de bien des facteurs : votre santé, votre rétablissement émotionnel, votre relation, etc. L’homme et la femme arrivent à mieux gérer la peur et l’appréhension d’une interruption de grossesse en s’informant à ce sujet et en discutant le plus possible.

Que votre perte soit liée à une fausse couche ou à l’accouchement d’un bébé mort-né, récente ou plus ancienne, l’homme et la femme doivent faire face à leurs sentiments. Le couple doit savoir quand il sera prêt à concevoir de nouveau. La réponse n’est pas toujours simple. Pensez à ce qui vous convient le mieux. Il n’y a pas de bon ou de mauvais moment pour être de nouveau enceinte. Chaque couple est différent.

Comparez vos réponses et voyez si vous en êtes au même point tous les deux.

La tristesse est un sentiment normal. Et parfois, elle peut mener à la dépression. Si vous notez des changements dans vos activités courantes (appétit, sommeil, rapports sexuels, consommation de drogues ou d’alcool), dans vos relations ou au travail, demandez de l’aide à un fournisseur de soins de santé, à un conseiller ou à un bureau de santé publique local. C’est le temps de prendre bien soin de vous.

Le deuil est l’un des sujets les plus difficiles à aborder, en particulier lorsqu’il s’agit de la perte d’un bébé. C’est le genre de perte à laquelle nous nous attendons le moins et pour laquelle nous sommes le moins préparés. Parler à d’autres femmes, à vos parents et à vos amis de leur expérience à la suite de la perte d’un bébé pourrait vous aider à faire votre deuil. Souvenez-vous que vos pensées et vos sentiments comptent et que vous n’avez pas à vivre cette expérience seule.

RESSOURCES LOCALES

Bureau de santé publique : 1-800-267-8087

Professionnel de la santé :

Conseiller :

Le programme Perinatal Bereavement Services Ontario : 1-888-301-7276 (en anglais seulement)

 
  Transférez cahier d'exercice complet - PDF  
Go
  Transférez cette section - PDF  
Go
 
©™2012 meilleurdepart.org tous droits réservés.
accueil | ressources | pour nous joindre | liens